Boostez votre patrimoine grâce à l’audit patrimonial

En général, il est difficile de savoir où l’on va quand on ne sait pas où l’on est. C’est encore plus vrai quand on ne connait pas les moyens dont on dispose. Et bien la gestion de patrimoine n’échappe pas à cette règle. Combien de fois on vous a proposez un produit d’épargne sous couvert qu’il le fallait pour vous sans plus d’explication, comme s’il était presque obligatoire d’en posséder. Ou bien parce que les rendements allaient chuter demain dans le cadre du Plan Epargne Logement (PEL). Envie d’avoir enfin des solutions qui vous ressemble ? Redécouvrez la voie du rendement et de la personnalisation du conseil avec l’audit patrimonial.

Qu’entend-on par un audit patrimonial ?

Derrière un terme, il peut se cacher pas mal de choses. De la même manière lorsque l’on évoque le terme de gestion de patrimoine. Que ce soit des trésors ou des impostures, comment juger quelque chose que l’on ne connait pas ? Je vais vous donner quelques pistes pour reconnaître un audit patrimonial.

La première chose, c’est le menu des réjouissances. Qu’est-ce que j’entends par là ? Ce sont les points qui vont être abordés. Voici une liste non exhaustive :

  • Etat civil
  • Situation personnelle
  • Situation professionnelle
  • Revenus & Charges
  • Imposition
  • Prévoyance & Transmission
  • Patrimoine financier
  • Patrimoine immobilier
  • Dispositif Retraite
  • Etude budgétaire
  • Contraintes & Objectifs…

Et je vous passe toutes les questions évoquées dans chacun des items. Il faudra compter une bonne heure, voire une heure et demi passée avec un conseiller afin qu’il puisse dresser des solutions patrimoniales adaptées.

Mais pourquoi donc toutes ces questions ?

Vous avez déjà entendu ce proverbe : « un battement d’aile de papillon au Brésil peut provoquer un tremblement de terre au Japon ». L’épargne n’échappe pas à cette règle. Une solution d’épargne s’appuie sur 3 socles fondamentaux : l’aspect civil, l’aspect fiscal et l’aspect financier. Et c’est bien dans cet ordre que cela devrait être abordé. Pourtant, 99% des conseils que vous aurez l’occasion de croiser ne s’occuperons uniquement de l’aspect financier. Mais est-ce raisonnable ? Je vous donne deux exemples. A quoi sert de gagner de l’argent si vous en donnez 50% ou plus au Trésor Public sous forme d’impôts. De même, que se passera t’il en cas d’accident de la vie (décès, divorce) de votre épargne ? Mais finalement, devez-vous en vouloir à votre conseiller bancaire de ne s’occuper que devson coeur de métier l’aspect financier ? Ou même d’un assureur de ne vous parler que de risque et de son traitement ? Alors prenez de la hauteur venez découvrir une profession trop méconnu du grand public, le conseiller en gestion de patrimoine.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site regispotugal.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

La fin des dispositifs de défiscalisation immobilière ?

Une chose est sûre, le Président Macron ne semble pas un fervent défenseur de l’immobilier. La première annonce dans ce sens aura été la conservation d’un ISF uniquement sur l’immobilier. Malgré le fait qu’il soit conscient des problématiques de logement en France, il est tiraillé entre le besoin d’augmenter l’offre de logement tout en préservant les prix de l’immobilier. Est-ce qu’il arrivera à trouver la solution de cette équation ? Dur challenge, là où la plupart de ses prédécesseurs ont échoué. Il se pourrait qu’il sacrifie une grande partie des aides d’Etat à travers la fin des dispositifs de défiscalisation immobilière.

Vers une régulation de marché nécessaire, mais complexe

Les aides fiscales accordées aux contribuables pour l’acquisition de logement neuf sont montrées du doigt comme étant le principal élément de hausse des prix de l’immobilier. Pour autant, il est difficile de résoudre le manque de logement en France sans ces subventions.

Qui de l’oeuf ou de la poule était là en premier

Qui dit locataires, dit propriétaires. Et c’est là tout l’enjeu des dispositifs de défiscalisation depuis de nombreuses années. L’Etat n’ayant plus les moyens de ses ambitions en terme de logements sociaux, il a été obligé de s’en remettre à l’investissement privé pour palier aux besoins croissant de logement en France. Les plus aisés font l’acquisition des murs d’immeuble afin de les donner en gérance à des bailleurs sociaux. Les autres se lancent dans des investissements Pinel pour faire profiter aux locataires de loyers inférieurs à ceux du marché.

Et l’écologie dans tout cela ?

Mais au delà de l’aspect du besoin de logement, il est important de comprendre qu’il existe un enjeu très fort en terme d’écologie qui pèse sur l’industrie de la construction. En 2014, 30% des émissions de particules fines en France proviennent du logement. Si cela vous semble énorme, je me suis fait la même réflexion. Dès lors, on comprend facilement que la rénovation des habitations anciennes ou la transformation du parc résidentiel en logement propre devient une priorité majeure. Mais comment procéder à tout cela sans mettre à mal la consommation des ménages. Ces derniers sont exsangues avec la hausse chronique de l’impôts en France depuis 2012.

Et si la fin des dispositifs de défiscalisation immobilière n’avait pas lieu…

Parce que les contribuables ne sont pas des philanthropes, il faudra bien trouver un moyen de soutenir l’activité immobilière pour les deux raisons évoquées plus haut.

La dure loi du marché : un manque d’offres entraine une augmentation des prix

Parce que l’on manque de logement en France, il faut soutenir la production de logement. Que l’on soit sur du neuf ou de la réhabilitation, la question sous jacente est de savoir quelle est la capacité d’absorption de cette nouvelle offre par les ménages. Doit on aller vers une augmentation du nombre de propriétaire de leur résidence principale comme sous l’ère de Président Sarkozy ? Faut-il encore augmenter le parc locatif ?

Pour un immobilier so’ green

Là ou la culpabilisation des ménages en terme d’écologie passe par leur voiture, on s’aperçoit que l’immobilier est le premier vecteur de pollution par les ménages. Alors contribuer à la rénovation du parc immobilier français relève d’un acte citoyen pour préserver la planète. Seriez-vous près à faire cet effort tout en vous enrichissant ?

La fiscalité au centre des débats et des attentions

Parce que la pierre et les terrains sont inamovibles, les gouvernements ont décidés de se lancer dans une course à la taxation. Que ce soit sur les droits de mutation à titre gratuit ou onéreux, l’imposition sur le revenus et sur les plus values. Désormais, le prochain épisode devrait être une nouvelle hausse de la CSG. Plus que jamais les stratégies de déficit foncier deviennent incontournables pour les détenteurs d’immobilier. Pour quelle raison ? Parce que ce sont les seules à vous faire diminuer les prélèvements sociaux. Vous n’avez pas encore passé le pas ? Il n’est pas trop tard. Le retour de l’inflation et les taux d’intérêts historiquement bas sont deux vecteurs de performance pour l’immobilier. Mais gardez en tête la règle majeur de l’immobilier. Quel est le critère principal à respecter pour un bon investissement immobilier ? L’emplacement, l’emplacement et rien que l’emplacement. Et cela quelque soit le type d’immobilier acheté (nu, meublé ou géré).

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site regispotugal.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Diversifier ses placements, c’est gagné !

Il existe quelques règles de base en gestion de patrimoine, qui semble parfois découler du bon sens. Nous allons commencer par la règle de base qui devrait guider toute stratégie patrimoniale. Je vous donne un indice. Vous avez toutes et tous entendus cette bonne vieille expression : « Il ne faut pas mettre tous ces oeufs dans le même panier ». Vous l’aurez compris. Nous avons parlé de diversification. Mais pourquoi diversifier ses placements est une nécessité ?

Rien ne va plus, les jeux sont faits… 10, noir,paire et passe !

Lorsque l’on part sur un projet d’investissement, il est naturel de se baser sur des éléments factuels. Et en tant que qu’investisseur profane, il est logique de regarder les performances passées pour se faire un avis. Et le réflexe est de se limiter aux meilleurs rendements des années précédentes pour réduire le spectre d’investissement à son plus simple appareil.

Voilà pourquoi la plupart des investisseurs non professionnels jugent que d’investir relève du Casino, surtout quand on parle d’investissement boursier ! Si on devait transposer le raisonnement à la roulette, miser sur un seul numéro à la roulette peut vous rapporter gros (35 fois la mise). Mais quelle est votre probabilité de gagner ?

Diversifier ses placements en fonction de ses objectifs

Contrairement à ce que l’on veut vous faire croire, il n’existe aucun placement qui s’adapte à tous les besoins. Pour vous créer des revenus complémentaires, l’immobilier reste le meilleur véhicule de placement. L’assurance vie permet de se constituer un patrimoine tout en travaillant sur l’aspect successoral. Alors que les livrets d’épargne vous assurent d’avoir de l’argent disponible à n’importe quel moment sous 48 heures.

Le rôle d’un professionnel de l’investissement, comme les Conseillers en Investissement Financier, est de vous accompagner pour diversifier vos placements pour répondre à vos objectifs, qu’ils soient court, moyen ou long terme.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site regispotugal.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Remettez « en marche » votre épargne

Entre l’effondrement des rendements des placements bancaires, l’augmentation de l’imposition et la loi Sapin 2, votre épargne a fortement été mise à mal lors de ces derniers mois. Et voici que dans une semaine, nous aurons un Président de la République issu du milieu bancaire. Par conséquent, nous allons voir comment profiter de cette nouvelle donne pour investir dans des placements rentables.

1 – Faîtes un état des lieux de votre épargne

Lorsque je croise de nouveaux clients, trop souvent j’entends le même discours sur leur épargne. Ils ont souscrit à des placements sans comprendre leur bien fondé. Et il ne save pas quel objectif cela leur permettait de remplir. Je vous passe celles et ceux qui souscrivent à des produits pour faire plaisir à leur assureur ou leur conseiller bancaire. C’est juste édifiant !

Pour ne pas tomber dans les mêmes déboires, je vous encourage à faire l’état des lieux de votre épargne de manière très simple. Dressez la liste de vos placements en indiquant le montant investi, les frais d’entrée, la date d’ouverture, le montant actuel capitalisé, la rentabilité et l’objectif attendu à l’ouverture de ce placement. Mettez en parallèle la liste de vos objectifs patrimoniaux. Il se peut que vous soyez surpris du décalage.

2 – Définissez au plus près le montant de votre épargne de précaution

Ce n’est pas parce que les livrets d’épargne ne rapporte plus grand chose (0,75% de rentabilité annuelle) qu’il ne faut plus en détenir. En effet, cela reste le meilleur moyen de récupérer de l’épargne rapidement en cas de besoin. Qui plus est, vous pourrez le faire en toute autonomie à travers le site de votre banque.

Par contre, il est certain qu’il ne faut pas surestimer le montant de cette épargne de précaution. Cette dernière sinon mettra à mal votre patrimoine. Cela est d’autant plus vrai si vous faîtes parti des contribuables redevables de l’ISF.

3 – Le seul guide pour vos investissements : vos objectifs

Parce que la stratégie la plus efficace pour redonner du sens à votre patrimoine est de vous recentrez sur vos objectifs patrimoniaux. Cela doit être le seul guide pour vos placements.

Trop souvent, votre banquier ou assureur vous propose des solutions de capitalisation (livrets, assurance vie fonds en euros) alors qu’en général vous avez besoin de revenus supplémentaires, notamment pour la retraite. Il est donc important de mettre en phase vos attentes avec vos solutions d’épargne

4 – Plus que jamais, il est indispensable de diversifier vos investissements

Si vous ne deviez ne retenir qu’une seul chose de cet article, c’est l’importance de diversifier vos placements. En soit, il n’y a pas de mauvais placement. Mais juste des solutions mises en place à mauvaise escient ou de manière excessive.

Parfois, vous avez entendu dire que la bourse s’était comme le casino. Je ne peux qu’être d’accord dans certains cas. Si vous placez uniquement de l’argent sur une action, cela reviendrait à mise sur une boule à la roulette. Si vous avez raison, vous allez gagner très gros. Mais par contre, votre probabilité de gain est extrêmement faible. Et par conséquent, cela rend les pertes quasi-certaines !

5 – L’investissement, c’est un métier

Lorsque vous avez besoin de vous faire soigner, vous allez chez votre médecin. Quand votre voiture est en panne, vous allez chez votre garagiste. Pour manger de la bonne viande, vous allez chez votre boucher. Alors pourquoi ne pas vous offrir les services d’un Conseiller en Investissement Financier pour vous épauler pour votre épargne. Peut-être un préjugé sur leur accessibilité et ce que cela vous en coutera. Osez vous renseigner et je vous garanti que vous serez très agréablement surpris.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site regispotugal.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Découvrez le Conseil en Gestion de Patrimoine 3.0

Le métier de conseil en gestion de patrimoine a considérablement évolué durant les 15 dernières années. Au paravent cantonné à une approche de vendeur de produit, il a du s’adapter aux contraintes réglementaires et aux attentes des clients. Il est devenu, en plus de ses talents commercial (écoute, pédagogie, adaptabilité), un véritable Ingénieur Patrimonial aguerri.

Le Conseil en Gestion de Patrimoine à portée de tous

Trop souvent dénigré par la banque privée se sentant menacée sur ses plates bandes, les cabinets en Gestion de Patrimoine ont permis une démocratisation du conseil. Ne restreignant pas son accès à un niveau patrimoine financier détenu par leurs clients, les cabinets conseil en gestion de patrimoine raisonnent en terme d’objectif client. Dès lors que l’on possède un patrimoine immobilier, financier (autre que de l’épargne de précaution) ou que l’on paye de l’impôts, on est éligible à la gestion de patrimoine.

Pourquoi faire appel à un Conseiller en Gestion de Patrimoine ?

Spécialiste du patrimoine,

En grande majorité indépendant capitalistiquement, les cabinets conseil en gestion de patrimoine propose des solutions de plusieurs partenaires financiers ou immobiliers. Cela permet d’éviter les conflits d’intérêts que l’on retrouve au sein d’établissements ne proposant que des solutions maisons, comme les banques.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site regispotugal.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.